#KAAIwomen edition: architect Stefanie Reyskens

Édition #KAAIwomen : l'architecte Stefanie Reyskens

N'abandonnez jamais car il y a toujours une solution à un certain problème. Si vous avez un non et que vous pouvez obtenir un oui, cela vaut la peine d'essayer.

À propos de Stéfanie

Au cours de ses études en architecture, il est devenu clair que la préservation des monuments était sa seule bonne direction à l'avenir. Stefanie a commencé comme architecte stagiaire chez Rutger Steenmeijer. De par sa passion et son dynamisme, elle a repris ce bureau d'architecte en 2017. Aujourd'hui, elle cumule la fonction d'architecte de restauration et de gestionnaire avec la maternité de ses deux jeunes enfants.

Questions

D'où vient votre passion pour l'architecture ?

J'ai toujours eu cette passion. Les proportions des espaces, les rythmes et les façades et l'utilisation de la couleur m'attirent. Et surtout la restauration car je pense que l'histoire d'un bâtiment est très intéressante. Au cours de mes études d'architecture, il est devenu clair que j'aimais travailler de manière conceptuelle et qu'il m'est donc très difficile de travailler à partir de zéro. Si une histoire ou un certain contexte a déjà été créé, il est plus facile pour moi de construire dessus. La grande chose à ce sujet est que nous pouvons ajouter un nouveau chapitre à l'histoire de chaque projet.

Pouvez-vous décrire les activités les plus importantes de votre entreprise ?

La façon dont nous travaillons pour tous les projets est que nous déterminons d'abord la valeur correcte d'un bâtiment car tous les bâtiments n'ont pas les mêmes valeurs et dans un bâtiment, tous les composants n'ont pas la même valeur. Cela, comme point de départ, nous apprend beaucoup sur la manière dont nous devons traiter le bâtiment lui-même. Pour expliquer cela, nous sommes toujours dans un contexte construit, dans lequel nous travaillons avec un matériau existant. Vous pouvez comparer cela à une armoire : si vous ne l'aimez plus, vous la rangez et gardez les choses les plus précieuses. Pour nous, les objets les plus précieux sont les monuments protégés et ils forment une grande partie de notre mémoire collective. Le défi est de consolider autant que possible tout en restant fonctionnel et durable. Mon bureau, un bâtiment rénové du 16e siècle, en est un parfait exemple.

À quoi ressemble votre journée de travail ?

J'ai repris l'entreprise il y a deux ans et en peu de temps j'ai dû faire la transition d'architecte exécutif à la combinaison d'architecte et de gestionnaire. Ce qui est formidable à ce sujet, c'est que j'ai un programme très varié : de la direction de mon propre recrutement à la participation de divers architectes de projet à diverses réunions. La combinaison de toutes les tâches du processus de conception et du poste de responsable le rend très intéressant.

Quelles étaient vos principales motivations pour devenir entrepreneur ?

J'ai commencé en 2011 en tant qu'architecte stagiaire. En parallèle, j'ai suivi ma formation d'architecte de restauration. Après un stage de deux ans, j'ai pu rester chez Steenmeijer Architecten. J'ai vite réalisé que je suis quelqu'un qui prend tous les projets à cœur comme s'ils étaient les miens. En ce sens, j'ai pensé qu'il serait logique de reprendre l'entreprise, également parce que le gérant était à la retraite. C'était censé être.

Comment en êtes-vous arrivé là ?

En n'abandonnant pas car il y a toujours une solution à un certain problème. Si vous avez un non et que vous pouvez obtenir un oui, cela vaut la peine d'essayer.

Comment votre environnement a-t-il répondu à vos plans ?

D'un côté positif parce qu'ils étaient contents que j'aie eu la chance de le faire. Par contre, un peu critique car ils se demandaient s'il serait possible de le combiner avec ma famille puisque j'ai deux enfants. Je dois dire qu'il n'est pas facile de contrôler l'équilibre entre mon travail et ma vie privée. Mais j'ai un mari qui me comprend très bien et qui a récemment commencé à travailler pour Steenmeijer Architecten pour m'aider dans la gestion.

Qu'est-ce qui, selon vous, est le plus agréable dans le fait de faire des affaires ?

Que vous puissiez prendre vos propres décisions et que vous n'êtes responsable devant personne, je pense qu'il est fascinant de créer ma propre vision de cette manière. Le ciel est la limite, tout est possible. D'un autre côté, c'est aussi confrontant parce que vous voulez une caisse de résonance pour certaines décisions.

Quelles difficultés avez-vous déjà rencontrées dans votre entreprise ?

Tous les grands projets sont difficiles. Maintenant, nous avons commencé la restauration de la plus grande tour d'Anvers, la cathédrale. Amener tout le microcosme autour d'un chantier spécifique à un résultat réussi, c'est toute une tâche. De plus, nous avons également commencé cette année avec l'exécution de la Sint-Jacobskerk, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. C'est un projet qui va durer 10 ans. Là, l'enjeu est de le remettre en état afin de parfaire la coordination de l'ensemble de ce projet avec de nombreux intervenants. De cette façon, la législation peut changer en 10 ans et la continuité des architectes du projet doit être garantie sans perte d'information. En tant qu'architecte de coordination dans ce projet, c'est certainement un défi pour moi.

Quels ont été les moments forts de votre carrière jusqu'à présent ?

Le premier point fort a été qu'en tant que stagiaire, j'ai eu beaucoup de responsabilités et à la fin du projet, j'ai reçu la confirmation que je l'avais terminé avec succès. Un autre temps fort a certainement été la reprise de l'entreprise. Mais en fait, je considère chaque grande mission comme un point culminant lorsque nous pouvons réaliser une livraison qualitative.

Quelles sont, selon vous, les caractéristiques les plus importantes qu'un entrepreneur doit posséder ?

Une bonne dose d'enthousiasme, d'ambition et de mentalité de non-abandon. Je pense que ce sont les principes de base. De plus, je crois aussi qu'avec peu de capital on peut faire un bon flow et se construire un réseau soi-même. Un réseau sur lequel vous pouvez vous appuyer et que vous pouvez utiliser pour une contribution professionnelle importante.

Que souhaitez-vous accomplir à l'avenir ?

Mon ambition, rêve ou point de travail est de surveiller l'équilibre idéal entre mon travail et ma vie privée. Pour le moment, il s'agit trop du côté professionnel. Un autre point de travail consiste à surveiller l'équilibre au sein du bureau pour ensuite oser rêver de défis supplémentaires.

Quel conseil aimeriez-vous donner aux personnes qui veulent faire des affaires ?

Faites-le. Allez-y et n'hésitez pas car là où il y a une volonté, il y a un chemin. Et laissez les autres vous soutenir et vous aider.

Dans mon KAAI

Vous souvenez-vous de votre tout premier sac à main ?

Je ne m'en souviens pas. Je suis le plus jeune de cinq enfants avec deux sœurs aînées dont j'ai hérité mes sacs à main.

Combien de sacs à main avez-vous ?

Une vingtaine. Je remarque que je fais une différence entre un sac semaine et un sac week-end. Le sac week-end doit être facile à porter et être un peu plus élégant. Pour un sac d'une semaine, il est important que je puisse l'accrocher.

Quel sac KAAI avez-vous choisi et pourquoi ?

J'ai choisi le Hero en cognac car c'est un modèle de sac à dos et j'ai beaucoup de choses à transporter à cause de mes deux enfants. Je cherchais un sac élégant pour ordinateur portable et c'est ainsi que je me suis retrouvé sur lesite Web de KAAI. Après avoir vu les sacs à main KAAI, je n'ai pas cherché plus loin. Mon sac KAAI est même mon sac de week-end car il est tellement pratique et il peut en transporter beaucoup.

Qu'est-ce que vous ne pouviez pas manquer avec votre sac KAAI ?

Fonctionnalité, élégance et en fait le tout. Mon ordinateur portable et son chargeur, mon parfum, mon iPhone, mon matériel d'écriture et mon carnet, mon portefeuille et mes lunettes de soleil sont mes essentiels de tous les jours et ils s'y intègrent tous.

La combinaison de la fonctionnalité et de l'esthétique en fait le sac à main idéal 

Qui admirez-vous ?

À ma mère. Quand j'avais sept ans, mon père est mort, et à partir de ce moment-là, ma mère a dû s'occuper seule de cinq enfants. Elle m'a toujours appris à ne jamais abandonner. De plus, j'admire également les personnes qui ont accompli quelque chose dans leur vie ou qui ont fait des sacrifices avec un objectif en tête. Surtout, les femmes et les mamans, elles m'inspirent.

Et enfin, pouvez-vous dire aux lecteurs quelque chose que les gens ne savent pas sur vous ?

Bien que je sois très entreprenant et que j'aie beaucoup de courage dans ce domaine, j'ai peur du noir. Je suis un maniaque du contrôle et quand je suis dans le noir, je n'ai pas le contrôle. Cela me fait peur.

 

.
×